Une histoire de grenouilles

 

clip_image002Vous le savez peut-être, j’aime les petites histoires. J’aime les grenouilles aussi. Et les grenouilles sont de merveilleux personnages pour les petites histoires. Alors, allons-y !

 

Il était une fois…

Deux grenouilles s’amusaient à sauter autour d’une mare. Non loin de là, un seau plein de lait avait été abandonné par une fermière occupée à traire ses vaches.

Les grenouilles se mettent au défi de faire le saut le plus long qu’elles n’aient jamais fait. Aussitôt dit, aussitôt fait. Elles s’élancent pour le grand saut.

Mais… CATASTROPHE ! Les maladroites se retrouvent DANS le seau de lait…

Les parois sont lisses, glissantes. Impossible de remonter.

La première grenouille est pessimiste. Elle se laisse vite démoraliser : « On est foutes, on ne va jamais s’en sortir !»

- Pas question, dit la deuxième, je ne me laisserai pas abattre : je vais nager !

- Tu es folle, ça ne sert à rien, reprend la première, tu vas t’épuiser !

- Je n’ai rien à perdre. Si je ne nage pas, je vais me noyer, c’est certain ! Tandis que si je nage, on ne sait jamais, il peut se passer quelque chose…

Et la deuxième grenouille de déployer une énergie phénoménale, essayant de grimper, glissant, recommençant,… Infatigable, elle s’agite dans le lait sans se décourager.

- Tu te donnes du mal pour rien, c’est inutile ! Reprend la première. Je suis fatiguée, c’est trop dur… Autant en finir tout de suite.

Et, arrêtant tout mouvement, elle se laisse tomber au fond du seau et se noie.

Voyant cela, l’autre grenouille redouble d’énergie. « Je ne veux pas mourir, je ne veux pas mourir, pense-t-elle. Courage ! »

Mais ses forces diminuent. La tête commence à lui tourner. Ses mouvements ralentissent imperceptiblement. La fatigue l’envahit.

« Encore un petit effort, avec tout le mal que je me suis donné, je ne veux pas renoncer ! »

Mais la pauvre grenouille courageuse s’affaiblit de plus en plus. Ses gestes deviennent de plus en plus lents. C’est de plus en plus dur.

La grenouille n’a plus de force. Elle semble perdue. Elle abandonne tout mouvement et se laisse tomber.

Et là… surprise : elle ne s’enfonce pas ! Le lait a durci, c’est devenu du beurre…

Quelle moralité peut-on tirer de cette histoire ? Jouez à La Fontaine, dites ce que vous pensez dans les commentaires…

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Republished by Blog Post Promoter

6 Commentaires

Écrire un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  1. La morale : un idiot qui marche ira toujours plus loin qu’un génie assis ? :)

  2. Et plus sérieusement, mais où trouves-tu ces magnifiques histoires de grenouilles?

    Me permets-tu de réutiliser cette dernière histoire (en te citant, bien entendu) pour mon blog?

    Merci encore et au plaisir de te lire.

    • C’est sympa, les histoires de grenouilles, hein ? Mais je n’en ai plus qu’une en réserve. Et elle est un peu plus sérieuse, si bien que je n’ai pas encore été inspirée à la partager. Mais il n’y a pas que les histoires de grenouilles…
      D’où viennent-elles ? Et bien, depuis un certain temps, je collecte toutes les petites histoires qui me passent entre les mains. Puis, je les retravaille pour les mettre « à ma sauce ».
      Je serai ravie que tu utilises cette petite dernière, surtout si tu me cites !…:)

  3. Je la connaissais mais avec des souris …

    La version bien plus courte de JN Chantreuil a moins de charme (désolé) mais est tout aussi percutante. Comme quoi on en revient toujours à l’action !

  4. Il ne faut jamais désespérer, tout peut arriver…

  5. Votre histoire m’a beaucoup plu .Je l’ai placée sur mon blog
    http://www.bossefort.com
    cordialement JO