Bonheur et succès, lequel détermine l’autre ?

 Quand j’étais étudiante en psycho, un grand thème de réflexion était : « Est-ce la motivation qui crée la réussite ou est-ce la réussite qui crée la motivation ? » Les psychologues aiment se poser ce genre de question…

Et donc, en voulant participer à la question que l’on se pose en ce moment, A la croisée des Blogs, «  Qu’est-ce que le bonheur ? », j’en suis revenue au même genre d’interrogation. Je me suis demandé si c’était le succès qui crée le bonheur ou plutôt le bonheur qui crée le succès. Voici les réponses que j’ai trouvées à ma question…

Si l’on en croit les résultats d’une recherche publiée dans le Psychological Bulletin et analysant plusieurs études sur le bonheur et le succès, il semblerait qu’il vaut mieux rechercher le bonheur que le succès. En effet, avec le bonheur, il a l’air assez facile d’obtenir le succès en prime. Par contre, il n’est pas aussi sûr d’avoir en bonus le bonheur quand on a atteint le succès. Précisons :

Les gens heureux se sentent confiants, optimistes et énergiques, ce qui les rend aimables aux yeux des autres. Ils n’ont ainsi pas beaucoup de mal à attirer le succès aussi bien dans le travail que dans les relations. Des jeunes gens évalués à l’adolescence et présentant le profil des gens heureux se sont révélés, une fois adultes, plus susceptibles d’avoir des mariages satisfaisants, des revenus élevés, des relations sociales riches et même une meilleure santé.

Les gens heureux possèderaient des caractéristiques qui prédisposent au succès :

- Une perception positive d’eux-mêmes et des autres

- De la créativité

- Des comportements sociaux abondants

- Un système immunitaire performant

- Une aptitude développée à la résolution de problèmes

Soit. Mais qu’en est-il des personnes ayant réussi sans se sentir particulièrement heureuses ? N’ont-elles pas ce genre de caractéristiques elles aussi ?

Selon Wikipedia, « du point de vue de l’étymologie, le bonheur est l’aboutissement d’une construction, et il ne saurait être confondu avec une joie passagère. Le fait que la création d’un auteur s’accroisse durablement provoque en lui-même l’accumulation des satisfactions, ce qui le mène au bonheur. » Ah, là, ça se corse. Si je comprends bien il s’agit d’abord de construire, d’accroître, avant d’accéder au bonheur.

Retour à la case départ. Si je relis mes sources, je m’aperçois que des recherches précédentes assuraient que le bonheur découlait du succès et de l’accomplissement…

Mais après tout, est-ce que succès et bonheur sont vraiment si indépendants l’un de l’autre ? Peut-on s’estimer heureux quand on accumule les défaites ? Multiplier les succès ne donne-t-il pas accès à une certaine forme de bonheur ?

Et vous qu’en pensez-vous ? Croyez-vous qu’il faille être heureux pour réussir ? Est-ce que vos réussites et succès vous ont rendu heureux ? Faites-moi part de vos arguments dans les commentaires…

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Republished by Blog Post Promoter

11 Commentaires

Écrire un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  1. Peut-être que l’un et l’autre (le bonheur et le succès) ne sont pas des fins en soi mais un chemin avec ses montées et ses descentes, ses autoroutes et ses chemins peu carrossables…

    • Jolie image ! Effectivement, je préfère voir bonheur et succès comme des itinéraires plutôt que comme des destinations. Parce que, sinon, la question que je me pose, c’est « Et qu’est-ce qu’on fait une fois qu’on est arrivé ? »…

  2. Je suis d’accord avec vous ,le bonheur n’est pas une destination finale mais on le cultive tous les jours par des petites ou grandes joies,petits ou grands succés …Pour ma part je pense que plus on est optimistes et ouverts d’esprit plus on a de chance d’accumuler les succés dans sa vie .Alors que le succés n’est pas forcément source de bonheur exemple les célébrités qui ont certes de l’argent mais en paralléle souvent des vies sentimales et familiales chaotiques .

    • Comme toi, je pense qu’il vaut mieux viser le bonheur que le succès. Parce que, comme tu le fais remarquer, quand on a le succès, ce n’est pas sûr qu’on ait le bonheur, tandis que quand on a le bonheur, est-ce qu’on a encore besoin du succès ? Est-ce que le bonheur n’est pas une fin en soi ?
      Tiens, ça me fait penser à une petite histoire ;) … Pour une prochaine fois…

  3. La poule et l’oeuf ;)
    « il s’agit d’abord de construire, d’accroître, avant d’accéder au bonheur » Et oui si l’on considère que le bonheur est le chemin ou en tout cas en prendre conscience, alors il est le fruit d’un apprentissage (autodidacte ou pas). Je préfère trouver mon bonheur, ce qui est pour moi le grand succès peu importe la définition du succès des autres ;)

  4. Bonjour à tous, je pence que le bonheur apporte la confiance, qui elle même apporte le succès. Ce qui est important je croie, c’est d’être accompagné d’une personne qui croie en nous.
    Par exemple je suis seul pour mon orthographe donc, je n’ai pas confiance en mon écriture.
    J’espère que mon blogue m’aidera a avoir plus confiance en moi à ce sujet.

    Un miracle n’arrive pas seul le miracle c’est vous!
    Voila ma conviction. Quelle est la votre?

    • @ Yannick : Quelle belle idée de se voir comme un miracle ! Je trouve ça tout à fait juste mais si difficile à admettre…
      @ Joanna : Oui, c’est tout à fait la poule et l’œuf. Et là, je viens de prendre conscience qu’avec une poule, on peut avoir des tas d’œufs, tandis qu’avec un œuf, à priori, c’est une seule poule. Donc, je verrai bien le bonheur comme la poule et le succès comme l’œuf. ;) Histoire de se torturer les méninges…

      • Bonjour Sophie,
        Je suis d’accord avec toi, le bonheur détermine bien le succès (ou les succès) et j’adore ton analogie avec la poule, l’œuf et le bonheur, succès !
        Comme le bonheur est un état durable de plaisir et de paix intérieure, la sagesse est bien la science du bonheur et le meilleur moyen de le vivre et de le connaitre.

  5. Bonjour,
    j’aime bien le thème et il a le mérite d’avoir autant de réponse que de personne ayant atteint le bonheur ou pas.
    Je m’explique, pour moi le bonheur est relatif au degré de satisfaction que chacun porte vis à vis de sa situation de vie, de ses conditions, de l’atteinte de ses objectifs ou tout simplement la capacité à apprécier le moment présent.
    Pour ma situation personnelle, le bonheur détermine le succès, car j’ai tout ce qu’il faut pour être satisfait aujourd’hui (financièrement et matériellement), mais pourtant je vais quitter mon boulot (fonctionnaire) pour vivre mes rêves dans la création de plusieurs activités, je me sens déjà plus heureux à l’idée d’avoir du temps pour mes projets… c’est juste ça le bonheur pour moi, et aussi d’avoir plus de temps pour ma famille… et vous?

  6. Bonjour à tous,

    moi je suis assez d’accord avec le fait que le bonheur et le succès sont tous deux intimement liés.

    tout est dans la perception de chacun de l’un et de l’autre.

    une personne peut avoir l’impression d’être heureuse sans vraiment avoir de succès.

    simplement de vivre à tel ou tel endroit. ou bien encore de vivre avec telle ou telle personne.

    On peut se demander alors, si dans ce cas précis le fait d’avoir conquit l’amitié de ces personnes ou d’être arrivé en ce lieu de vie si agréable n’est il pas là le succès inconsciemment souhaité ?…

  7. le bonheur je l’ai trouvé lorsque j’ai fait entrer un vent de légèreté dans ma vie en général .
    Anselm GRUN est un sage qui m’a amenée à comprendre le but de ma vie ,mais il n’y a pas de recette miracle ,celui qui cherche avec son coeur trouve.
    Les vraies victoires ne se remportent qu’avec soi, secrètement.